Accueil Date de création : 10/12/07 Dernière mise à jour : 19/08/14 17:01 / 76 articles publiés

Hommage Il y a 40 ans... Woodstock  () posté le dimanche 16 août 2009 19:27

 

Pendant trois jours, 32 groupes se sont succédé sur la scène du festival. Pour certains d'entre eux, Woodstock permet de rentrer dans le panthéon du rock blues des années 70. C'est le cas de Janis Joplin, la chanteuse blues rock américaine, qui joue son « Kozmic Blues » devant une foule hystérique. Jimi Hendrix, lui, connaît son moment de grâce le dernier jour du festival. A 7h30 du matin, le virtuose de la guitare réveille les festivaliers à coup de riffs torturés. Il improvise l'hymne américain, pour dénoncer la guerre menée par les Etats-Unis au Vietnam. Janis Joplin et Jimi Hendrix meurent tous deux à 27 ans. Pour Joan Baez, Joe Cocker, Santana, et Johnny Winter, qui sont encore sur scène aujourd'hui, Woodstock est un véritable tremplin. Leurs prestations se remarquent et accèlèrent leur carrière. D'autres groupes mythiques ont foulé la scène du festival, comme Jefferson Airplane ouThe Who. The Crosby Stills, and Nash, eux, sont en tournée cet été aux Etats-Unis en Europe pour célébrer les 40 ans de Woodstock.

 

Les incontournables de la planète hippie

Le combi Volkswagen.

C'est dans ce modèle mythique que les hippies aux cheveux longs ont débarqué en masse à Woodstock. Les 500 000 personnes qui convergeaient vers le festival ont provoqué le plus grand embouteillage qu'aient connu les USA.

Les lunettes rondes.

Accessoire indispensable de tout bon festivalier de Woodstock, ces lunettes flashies sont le symbole même du mouvement «Flower Power».

Le patchouli.

Cet arôme boisé et camphré a été mise à la mode par les hippies. Le parfum de cette plante tropicale évoque la nature, en particulier l'odeur du sous-bois. Il est obtenu à partir des feuilles séchées du Pogostemon Cablin, abondamment cultivé en Indonésie. L'encens devient aussi à la mode.

Le LSD

Pas forcément «Peace and Love», le LSD est la drogue préférée des hippies. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le cannabis n'est pas consommé de façon majoritaire à Woodstock. Les festivaliers prennent du LSD à outrance, pour les troubles de la perception qu'il procure.

Le symbole «Peace and Love».

Créé en 1958 par des opposants britanniques à l'armement nucléaire, l'emblème est repris par les hippies et les beatniks comme symbole de paix, de non-violence et de pacifisme.

Le bandeau.

C'est l'accessoire qui va avec les lunettes. Tout vrai hippie portait autour de la tête un bandeau coloré. L'une des stars de Woodstock, le célèbre guitariste Jimi Hendrix, en était adepte.


« On vivait nu et sans tabou! C'était une nouvelle façon d'être»

Aujourd'hui, on est bien loin de l'esprit « flower power » qui régnait sur Woodstock. Pour célébrer le 40 e anniversaire du festival, Woodstock est devenu une marque de vêtements, de sacs et de tasses de café. Les adolescents raffolent de ces tee-shirts (29,99 €) qui leur rapellent les idoles de leurs parents, voire parfois de leurs grand-parents. Pour l'occasion, les maisons de disque ont réédité tous les concerts et les vidéos du festival. Le film de Michael Wadleigh sur Woodstock, qui a reçu l'Oscar du meilleur documentaire en 1971, ressort en DVD. 120 heures d'images d'archives inédites et 3h30 de témoignages vous donneront une vision unique de l'évènement. (à partir de 32€). Avec « Woodstock, l'album des 40 ans », le photographe américain Elliott livre un témoignage poignant sur ces trois jours qui ont révolutionné l'histoire de la musique. (Editions Fetjaine, 22 €. )

Au moment des événements de Woodstock, en 1969, Christine avait tout juste 25 ans. Que faisait-elle ? Elle étudiait à Paris. « Je passais le diplôme d'assistante sociale. J'aurais dû le passer en mai 1968… mais c'était la grande pagaille. »

Le grand rassemblement de hippies aux Etats-Unis, elle en a eu vent par la radio et les copains qui « circulaient » (ndlr : « voyageaient »). « A l'époque, à Paris, on était dans cette mouvance, dans cette musique. On était avant tout anars même si on nous taxait de beatnik. On remettait en question toutes les règles et la société de consommation, et on était déjà préoccupé par l'écologie. »

Woodstoock a-t-il changé sa vie ? « Complètement. ça l'a éclairée, ça lui a donné un sens et le chemin à prendre. » Quarante ans après, à 65 ans, Christine est restée plus ou moins « hippie ». « Dans l'âme et dans le cœur ». Elle coule sa retraite, tranquille, dans un coin perdu de l'Ariège, à Montfa.

« On n'avait pas de frontières »

Baroudeuse avant l'heure, Christine visite les Etats-Unis, pendant 3 mois et en minibus. Elle a 20 ans. « On écoutait déjà Bob Dylan et, en suivant, tous les autres : Jimi Hendrix, Jœ Cocker… C'était avant mai 1968, avant Woodstock, se souvient-elle. Mais tout annonçait ce vent de révoltes. On était en marche vers l'utopie, le flower power, « faites l'amour pas la guerre ». Woodstock, c'était un pic dans la contestation. Mais elle a continué après. »

Après Woodstoock justement, Christine a vécu en communauté à Montfa, de 1972 à 1975, l'endroit où elle réside à nouveau aujourd'hui, dans une sympathique maison rustique.. . mais seule avec Minus, son patou. « On était une vingtaine de jeunes de 25 à 30 ans. J'étais l'une des seules à travailler. J'avais mon petit salaire d'assistante sociale et je faisais vivre pas mal de monde. Les autres se contentaient de petits chantiers, des vendanges… On faisait la fête tout le temps. Et l'amour aussi avec amour. Beaucoup et avec tout le monde, sans tabou et sans se protéger. On était à la recherche du plaisir, du contact affectueux. On vivait nu. On n'avait pas peur de son corps, ni de ses vibrations. On buvait de l'alcool et on fumait de l'herbe. On était dans la dérision et la provocation. On se fichait pas mal des frontières, qu'elles soient mentales ou géographiques. Pour nous, elles n'existaient pas».

Pour Christine, l'esprit Woodstoock, c'est toute sa jeunesse.« Il a engendré une nouvelle façon d'être. Je reste très attendrie par cette époque. J'en ai gardé l'esprit de dérision. Je suis très Siné Hebdo et Canard Enchaîné.

« On était une génération très ''colère''. Qu'est-ce qui s'est passé pour qu'on soit comme ça, je ne sais pas… », se demande-t-elle encore aujourd'hui, en rigolant.

lien permanent

CONCERT A MARSANNAY LE BOIS POUR MES 28 ANS !!!!  (MA MUSIQUE) posté le vendredi 23 janvier 2009 15:59

SUPER SCENE SUPER SON SUPER CONCERT

lien permanent

LITHIUMTV21 LIVE THE WHITE STRIPES  () posté le samedi 10 janvier 2009 19:05

Blog de lithium :SBELENNE ANTHOLOGIE, LITHIUMTV21    LIVE THE WHITE STRIPES

ALLER SUR MON SITE DE TV http://lithiumtv21.blog-video.tv  et regarder le concert des white srtipes !!!  en ce moment c'est en direct

lien permanent

concert au chalet de la plage dans le morvan part3  () posté le dimanche 16 novembre 2008 18:27


derniere partie

lien permanent

concert au chalet de la plage dans le morvan part2  () posté le dimanche 16 novembre 2008 18:12


la deuxieme part

lien permanent
|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à lithium

Vous devez être connecté pour ajouter lithium à vos amis

 
Créer un blog